Évoluer, progresser, innover. Nos entreprises fonctionnent comme n’importe quel autre organisme vivant, de la bactérie aux grands singes d’Afrique. La théorie de l’évolution s’applique aussi au management.  

 

 

// Pascal Picq //

Maître de conférences au Collège de France et collaborateur d’Yves Coppens, Pascal Picq figure parmi les paléoanthropologues français les plus réputés. 

 

Vous avez étudié les mécanismes de transmission du savoir chez les singes, que nous apprennent-ils ?

 

P. P. : Comment capter l’innovation, la transmettre et la diffuser dans le collectif ? En la matière, les singes nous en disent long. Admettons que vous êtes un macaque, en bas de l’échelle de domination d’un groupe hyper-hiérarchisé. Vous découvrez une trouvaille, par exemple laver vos patates douces dans de l’eau de mer leur donne meilleur goût. Sachez qu’il vous faudra cinq générations de descendants pour que le groupe adopte votre innovation. C’est long et pas très efficace. Adoptez maintenant la posture d’un chimpanzé d’Afrique de l’ouest, lui aussi dominé dans sa tribu. Vous trouvez une astuce de chasse qui vous rend plus compétent que les autres. Sachez dans ce cas que le mâle dominant ne verra pas d’atteinte à son autorité de vous déléguer la responsabilité de la chasse pour le groupe. Le collectif acceptera que, chacun dans sa place et dans son rôle, collabore au profit de la meilleure intelligence collective. 

 

Que peut-on en conclure en termes de stratégie managériale ?