Les communautés de pratiques bien plus que du simple réseautage : #CdP

Elle n’est ni un service, ni un réseau, la communauté́ de pratique est un groupe de professionnels qui partagent des savoirs, créent des pratiques communes et les enrichissent dans des domaines dont l’intérêt est commun. D’après Wenger et al. (2002), elle a été́ notre première structure sociale , depuis l’homme des cavernes, lorsque les gens se regroupaient assis autour d’un feu pour discuter des stratégies liées à la chasse ou à l’agriculture.

 

A la lecture de nombreux auteurs précurseurs en matière de communauté de pratique, nous pouvons la définir de la manière suivante (Mitchell 2002 ; Snyder and Wenger 2000 ; Wenger 1998 ; Wenger, McDermott, and Snyder 2002) :

 

  • Le partage d’un intérêt, de problèmes, d’une passion pour un domaine ou un sujet

  • Des relations mutuelles soutenues

  • Des manières communes de s’engager à faire des choses ensemble ;

  • Des connaissances sur ce que les autres savent, sur ce qu’ils peuvent faire et sur une éventuelle contribution à l’action collective ;

  • Un jargon, des raccourcis dans la communication, des histoires partagées, des plaisanteries propres au groupe ;

  • Un discours partagé qui reflète une certaine façon de voir le monde ;

  • Le développement des connaissances et de l’expertise dans un domaine, ce qui est fonction de la qualité́ des interactions et des intérêts communs.

Les communautés de pratique apparaissent aujourd’hui comme fondamentales dans le contexte économique ou le savoir se situe au cœur du jeu économique. Cette place prépondérante de la connaissance a été entérinée par l’OCDE dans un rapport publié en septembre 1999 : « L’actuelle accélération des progrès de la science et de la technologie doit s’interpréter par le fait que les économies des pays de l’OCDE sont de plus en plus fondées sur la connaissance » OCDE.