Efficacité collective & cohésion de groupe vecteurs de performance

Les performances d’une entreprise ne se résument pas seulement au panel des compétences individuelles qu’elle détient. Ses performances dépendent également de la capacité de ses membres à collaborer, à communiquer, à transférer son savoir et générer de la fertilisation croisée. Autrement dit la performance d’une entreprise dépend aussi de son efficacité collective.

 

Le concept d’efficacité collective rejoint la notion d’entreprise collaborative qui émerge depuis quelques années dans la lignée de l’analyse de l’efficacité des modes de coordination au sein des organisations.  Zaccaro, Blair, Peterson et Zazanis (1995) définissent l’efficacité collective comme étant « un sentiment de compétence collective partagé entre des individus quand ils allouent, coordonnent et intègrent leurs ressources dans une réponse concertée et réussie à des demandes situationnelles spécifiques ». Par ailleurs, Zaccaro et al. (1995) suggèrent que la cohésion de groupe influence le degré d’efficacité du groupe.

 

La cohésion de groupe peut-être définit comme étant « un processus dynamique reflétée par la tendance du groupe à rester uni et lié dans la poursuite de ses objectifs et pour la satisfaction des besoins affectifs des membres ».  La maxime « Une équipe de champions ne battra jamais une équipe championne » illustre parfaitement bien ce phénomène. De nos jours, même si les pratiques de management organisationnelle ont connu de nombreuses évolutions au sein des entreprises, la question du bien-être dans les relations sociales au sein d’un groupe de travail reste encore sous-exploitée.

 

Toutefois, d’autres auteurs suggèrent qu’il existe une relation réciproque entre l’efficacité collective et la cohésion (e.g., Paskevich et al., 1999 ; Zaccaro et al., 1995) ou bien que l’efficacité collective peut être un médiateur de la relation cohésion-performance (e.g., Paskevich, 1995 ; Zaccaro, Blair, Peterson, & Gilbert, 1992 - cités dans Zaccaro et al.,1995), c’est-à-dire, selon Paskevich, qu’une plus grande cohésion contribue à une plus grande efficacité collective qui contribue en retour à améliorer la performance de l’équipe et donc de l'entreprise.

 

Par ailleurs, la formule de l'efficacité collective selon Norman Maier, E = Q x A, nous permet de comprendre en quoi la cohésion sociale est un facteur clé permettant d’accroitre le degré d’efficacité collectif.

 

 E = Q x A

E= Efficacité de la décision

Q = Qualité de la sol