La créativité comme levier stratégique contre l'absentéisme au travail

Selon l’étude consacrée aux arrêts de travail et aux plans d'action santé publiée pour la troisième année consécutive par le cabinet Rehalto, filiale du Groupe SCOR, et l'institut BVA (1), en 2016, 40% des salariés ont été en arrêt maladie au moins une fois au cours de l’année. On observe également une progression de plus de 0.6point par rapport à l’enquête de 2015. La progression de l'absentéisme est un enjeu important pour les entreprises, il convient donc de mieux comprendre quelles sont les causes de ces arrêts afin de pouvoir développer des actions efficaces.

 

Ainsi, lorsque l’on s’intéresse plus en détail aux différents types d’arrêts on constate qu’en 2016, les arrêts courts, compris entre 1 à 3 jours, sont restés majoritaires soit 39% du total, devant ceux de quatre jours à une semaine représentant 25% des arrêts. Les arrêts d'une semaine à trois mois ont atteint 29 %. Quant aux arrêts dits "longs", d'une durée supérieure à trois mois, ils ont représenté 7% des envois à la Sécurité sociale.

De plus, ces arrêts s’expliquent de plus en plus par des motifs professionnels. Les tensions liées à l'organisation du travail ou les difficultés liées aux pratiques managériales représentent 27% du total. Un taux en net progression par rapport à l’enquête de 2015 de 7 points de pourcentage. Ces difficultés apparues dans l'environnement professionnel recouvrent principalement la charge de travail (60%), l'environnement physique de travail (42%), les mauvaises relations avec la hiérarchie (40%) ainsi que le manque de reconnaissance (40%).

 

 

 

 

 

Mais en quoi la créativité peut-elle intervenir comme stratégie afin de développer le bien-être au travail et ainsi réduire le taux d’absentéisme. 

 

 

 

 

 

 

 

Dans une société où il ne se passe pas une journée sans que l’on entende parler de créativité, il semble plus que nécessaire de clarifier le sens du mot créativité. Pour sortir de l’ambiguïté́ du mot « créativité́ », il faudrait sans doute préciser le sens en ne parlant que de « créativité́ d’idées » ou bien parler « d’inventivité́ », ou « d’idéation » ou « de l’art de fabriquer des idées » ? Le débat est ouvert…Dans ce contexte, lorsque nous parlons